Comment réduire l’aluminium dans les déodorants ?

Selon les experts, l’utilisation de l’aluminium contre la transpiration des aisselles devrait être réduite par précaution.

Les experts de l’Institut fédéral d’évaluation des risques (BfR) estiment qu’il est nécessaire de poursuivre les recherches, car on en sait trop peu sur les effets à long terme de cette substance dans le corps humain.

Ce métal léger est également présent dans d’autres produits cosmétiques, dans les emballages alimentaires et dans le dentifrice.

« Toute personne qui s’asperge d’un anti-transpirant à l’aluminium sous les aisselles pendant des décennies ne doit pas sous-estimer ce phénomène », a déclaré Ariane Lenzner, experte du BfR.

L’aluminium : Est-ce un élément dangereux ? 

On peut supposer que la quantité d’aluminium tolérable a déjà été atteinte chez une partie de la population par le seul biais de l’alimentation.

Des chercheurs australiens et britanniques s’interrogent sur un éventuel risque de cancer du sein et de maladie d’Alzheimer dû à l’aluminium. « Scientifiquement, il n’y a pas de lien clair entre la consommation d’aluminium et la maladie d’Alzheimer ou le cancer du sein », rapporte Lenzner.

Cependant, selon le BfR, il a été prouvé que des quantités élevées d’aluminium peuvent endommager les nerfs chez les humains et la progéniture chez les animaux.

Actuellement, le BfR, à la suite de l’Autorité européenne de sécurité des aliments, recommande qu’un adulte n’ingère pas plus d’un milligramme d’aluminium par kilogramme de poids corporel par semaine (TWI).

Cette quantité pourrait théoriquement être atteinte en utilisant une seule fois un anti-transpirant contenant de l’aluminium.

Cependant, la base de données pour cela est encore très faible. « On manque de données sur les quantités réelles d’aluminium absorbées par la peau », déclare le président du BfR, le professeur Andreas Hensel.

Une étude à grande échelle menée par l’industrie cosmétique devrait apporter des éclaircissements à l’avenir.

Comment le réduire ? 

L’aluminium est également présent dans l’eau potable, dans divers légumes, dans les feuilles de thé et les épices, et il est également absorbé par les additifs alimentaires ou les matériaux d’emballage tels que les feuilles d’aluminium.

On le trouve également dans certains fards à paupières, rouges à lèvres et crèmes.

Les personnes en bonne santé excrètent l’aluminium dans leur urine, mais au cours de la vie, le métal léger s’accumule également dans les poumons et le système squelettique.